Présidentielle : comment différencier vrais et faux sondages ?

SPONSORED POST http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/
La commission des sondages a publié un rappel à l’ordre face aux enquêtes plus ou moins sérieuses qui se multiplient dans la dernière ligne droite de la campagne.

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/

Pourquoi des études comme celles de Brand Analytics ou de Filteris ne sont pas de « vrais » sondages


Comme le déplore la commission des sondages, nombre d’études qui circulent actuellement ne répondent pas à ces critères et ne peuvent donc être considérées comme des « sondages ».

Cela vise d’abord les questions qui sont posées directement aux internautes sur des sites Internet de médias plus ou moins connus, ou sur les réseaux sociaux. « Les personnes qui répondent librement aux questions posées ne constituent pas des échantillons représentatifs », tranche la commission. N’en déplaise à François Asselineau, qui se félicite du fait que « quand [son] nom apparaît dans un sondage en ligne, il casse la baraque ».

Vient ensuite un autre cas : celui des enquêtes qui mesurent le poids des candidats sur les réseaux sociaux. On peut par exemple citer le cas de Filteris, une étude canadienne qui mesure régulièrement le « bruit » autour des candidats en ligne et dont les auteurs présentent les résultats sous la forme de graphiques, comme pour un sondage d’opinion classique. Ce qui fait que des médias comme Valeurs actuelles les relaient de la même manière, sans expliquer dans le détail d’où viennent ces chiffres.
CONTINUE FROM HERE